lundi 18 juin 2018

Amoureux de la beauté




Amoureux de la vie et de la bonté
Tu connais le paradis où j’aimerais passer l’éternité
Un endroit d’une grande beauté et avec une belle musique
Où chaque instant serait unique et magique
Aussi fort que quand pour la première fois on a été amoureux
Aussi doux que les moments où l’on a été heureux
Je suis une âme douce comme les musiques que j’aime écouter
Etre triste, mais un artiste donc une personne sensible
Et parfois frustré car la perfection est de mon esprit la cible
Il n’a pas encore compris qu’ici-bas rien ne l’est
Lui toujours en quête de son cocon d’amour et de son havre de paix
Vivre loin de ce monde où règne la violence et le stress
Et vivre dans un monde où on ne t’agresse pas à cause de tes faiblesses
Mais où il y a une main tendue pour t’aider à te relever
Une voix pour t’encourager quand ton but noble tu ne l’as pas atteint
Un monde où les phares de la méchanceté sont éteints
J’aimerais tant que les gens voient ce que mon esprit aimerait leur montrer
J’estime ne rien avoir à prouver ni à démontrer
Tout ce que j’ai pensé mais textes ont essayé de l’exprimer
Parfois avec maladresse mais je ne suis qu’un être imparfait
Ce qui est fait est fait et ne peut être défait ou refait
Alors j’avance pensant à faire du bien
Pas facile mais la paix de mon âme est à ce prix
Et mon esprit pense que c’est le prix à payer pour atteindre mon paradis

Fils du vent 



Vogue mon âme....





Ils se demandent encore ce que je suis
Ce que je suis rime avec ce que je fuis
Je fuis le mensonge, la violence et l’immoralité
Quand tu réfléchis tu vois à quel point immoral t’es
Que de pensées lugubres dans ma petite tête
Et oui je suis du genre à toujours chercher la petite bête
Mais ces temps-ci je subis de violentes remises en question
L’effet de la quarantaine ? Sans doute mais aussi de certaines conclusions
Je ne fais confiance à personne quand il s’agit de croyances
Certains me demandent de me soumettre et de faire preuve d’obéissance
Sauf que mon esprit est un rebelle qui rêve de liberté et de grands espaces
Qui aurait aimé être un de ces personnages de films sur l’espace
Alors me conformer à un mode de pensée précis, c’est difficile
On me dit perturbé par beaucoup trop de choses futiles
Na, je cherche à comprendre et tant pis si c’est un crime
Seuls ceux qui font preuve d’amour ont mon estime
Paix et amour voilà ce à quoi se résume mon paradis
C’est simple, concis, précis et la quête de toute une vie
Je suis un champion pour extrapoler car adepte de la théorie du chaos
Mon esprit rime avec le chaos et parfois je suis prête de tomber K.O.
Mais une bonne nuit et comme avec un Mars ça repart
Car ma soif de connaissance est un véhicule puissant qu’un rien répare
Alors si tu ne me comprends pas c’est parce que je suis aussi glissant que le vent
Et que mon esprit se projette dans des histoires aussi épiques que celle d’autant en emporte le vent
Mais qu’on le veuille tôt ou tard un jour on doit se poser
Et s’imposer certaines contraintes car on ne peut toujours oser
Ce jour est sans doute proche pour moi et je dis tant mieux
Car de jour en jour je vois ma figure et mon esprit devenir ceux d’un vieux

Le fils du vent 



dimanche 10 juin 2018

Mes voies, mes choix




Mes choix sont obscurs et mes voies sont plus troublées qu’on ne le croit
Si tu me suis, le monde tu sais en grande partie comment je le perçois
J’y vois trop d’illusionnistes et d’imposteurs d’où mes réticences
Pourtant je suis un homme qui a eu beaucoup de chance
Je remercie le Très Haut et je me pose beaucoup de questions
Pourquoi moi, qui suis-je pour mériter une telle attention ?
Une telle affection de la vie alors que mes pensées riment parfois avec abomination
Ai-je un beau et grand destin qui m’attend ?
Où sombrer dans le malsain est ce qui au nez me pend ?
On me perçoit comme un être rationnel et cohérent
Quand au fond de moi je suis aussi imprévisible qu’un volcan
Porter un masque j'ai appris à le faire depuis que je suis un enfant 
Et j'ai atteint les sommets dans cet art depuis que je suis adolescent 
Lâcher tout et m’envoler dans de périlleuses aventures
Tu sais ce qui me tente et ce qui influence ce que je vais faire dans le futur
Conscient je le suis sans doute car je pense aux conséquences
De chaque acte que je pose car j’ai le don de faire des spéculations
Parfois je me laisse aller pour aussitôt après le regretter
Car chacun de mes actes doit avoir une raison
Comme pour l’équilibre de la nature il doit sur terre avoir des saisons
Tout semble réglé par une intelligence qui de loin nous dépasse
Une intelligence à qui certains écrits demandent de rendre grâce
Les indiens l’appellent grand esprit quand d’autres dans les temples le prient
Et moi sur cet être singulier j’ai tellement écrit
Egoïste et hypocrite c’est souvent ainsi que je me décris
Car j’ai beaucoup menti pour essayer d’épargner les gens
Mais et moi ? Ma conscience me fait parfois vivre un enfer
M’accuse d’être rusé et pervers comme un serpent
Surtout quand j’ai l’impression de m’égarer sur les voies de celui que l’on nomme à tort ou à raison Lucifer
J’aimerais souvent que mon esprit s’intéresse à des affaires terre à terre
Mais quand je suis ici, lui se promène dans autre hémisphère
Voire dans les couches supérieures de l’atmosphère quand ce n’est pas loin de la terre
S’il pouvait rester tranquille ça me ferait vraiment des vacances
Enfin je suis comme je suis et il y a des choses qu’il vaut mieux ne pas chercher à expliquer
Car chercher à le faire ne fait que compliquer ce qui l’est déjà assez
Pour certaines choses il est bon de se laisser aller
Car il y a tant de trucs que l’on ne peut contrôler
Que le Grand Esprit me guide pour mes choix et canalise ma folie
Car un jour les errances de mon esprit pourraient me pousser à faire des folies

Le moine cybérien



samedi 9 juin 2018

Un être différent...




J’aurais aimé avoir un esprit moins compliqué, moins singulier 
Capable comme celui d’un enfant de se laisser séduire par de simples idées  
Mais voilà je me pose tant de questions
Et quand j’ai des réponses je pense ne pas avoir fait le tour de la question
Mon esprit a toujours eu besoin d’espace et d’évasion
Ne jamais s'arrêter aux idées convenues 
N'a jamais voulu être par des barrières retenu 
Voilà pourquoi j’ai tant aimé les histoires de science-fiction
Car la vie quotidienne, les carcans et la routine profondément m’ennuient
Si jamais tu pouvais voir ce à quoi mon esprit pense la nuit
Il s’enfuit dans de féériques royaumes dignes des plus imaginatifs des contes de fée
Je me suis vu en prince, en aventurier en être ayant 1001 histoires à conter
J’ai écrit des histoires, me suis projeté dans les rôles les plus singuliers
Et parfois été très agacé quand le réveil venait me tirer des bras de Morphée
Vivre l’histoire de « Matrix » ? Pourquoi pas
Même si c’est un cauchemar comme à mes yeux vivre sur Pandora
Mais j’ai toujours voulu une vie plus piquante, plus palpitante  
L’aventure me tente et en même temps ma conscience est hésitante
Ah, cette chère vieille conscience qui m’a évité tant de problèmes
Elle m’agace parfois mais comme une mère je l’aime
Car je pense que par elle s’exprime la voix divine
Et je sais car je le sens que tant de choses la chagrinent
Donc je suis un concentré de Peter Pan et d’un être épris de la sagesse de Confucius
Le Peter Pan en moi s’est délecté des aventures de Conan le barbare ou celles du général Maximus
Histoires tragiques d’ailleurs mais avec tellement de péripéties
De quoi séduire un esprit qui adore les sensations fortes comme sur des montagnes russes
Et dont la complexité parfois évoque celle des poupées russes 
Beaucoup d'entre nous inconscients se plaignent d'avoir une vie pourrie 
Et puis je vois des handicapés et je me dis que je n’ai pas envie de me plaindre de ma vie
Surtout que mes fantasmes j’ai le talent pour les décrire
Et les vivre même si c’est dans mon esprit  
Ecrire est ma soupape de sécurité sans elle j’aurais commis le pire
Pour percevoir cela entre les lignes il faut savoir me lire
Un rêveur cartésien dont chacun des écrits décrit la complexité de l’esprit
Si mes yeux ont vu peu de choses mon esprit en a vécu tellement
Mon cerveau a tant d’idées que parfois il bouillonne comme un volcan
Ma plume le canalise et peut-être un jour en tirerais-je profit ?
Une amie très chère m’a dit que ce serait dommage de gâcher tout ce talent
De toute façon je cherche à mettre de l’ordre dans ma vie
Et à poser sur papier toutes les facettes d’un être qui a toujours été différent

Le moine cybérien



La foi




Je croyais croire mais et si ce n’était qu’une illusion
L’enfer et le paradis tu vois ce à quoi je fais allusion
Pour moi le mal et le bien existent, j’ai déjà tiré la conclusion
Mais comme moi tu sais que Keyser Sozé se cache dans les détails
Et que je n’ai qu’une vague idée de l’étendue du champ de bataille
Les autoproclamés serviteurs de Dieu se livrent une sinistre quête de failles  
S’accusant de tous les maux y compris d’être les serviteurs du diable
Cherchant chez les « concurrents » le détail qui trahit y compris le plus minable
Oubliant parfois les paroles du christ et sa parabole de la paille
Il est plus facile de voir le mal chez les autres que de faire son introspection
Longtemps j’ai jugé mais à mon tour de passer à « l’inspection »
Celle de ma conscience et le résultat n’est pas fameux
C'est toujours quand on prend un certain recul que les choses se corsent
J’ai toujours clamé haut et fort croire en Dieu
Et si ce n’était tout ce que j’ai dit que du verbiage creux
Il arrive un moment où il faut passer à l’acte
Concrétiser ses paroles par des actes voire par des pactes 
Passer de la théorie à la réalité et là en aurais-je la force ?
Ou hésiterais-je comme cet homme riche à qui le christ a selon la bible dit de tout abandonner ?
Porter sa croix, savoir pardonner et sa vie s’avoir l’abandonner
Voilà ce qui attend normalement le croyant sincère
Car il a foi en un paradigme précis et en quelque chose de beau et grand il espère 
Certains le font car en réalité ils n’ont rien à perdre et dans ce monde point n’espère
Pour nous autres le choix semble plus difficile
Peut-être parce que la vie a été assez facile
J’ai toujours voulu aider les autres sans me demander pourquoi je le faisais
Peut-être parce que cela m’apportait la paix ?
A moins que ce ne soit pour me donner bonne conscience
Et voilà que cette conscience me pousse à me remettre violemment en question
A moins que ce soit mes cheveux blancs ?
J’ai eu tellement de chances, échappé souvent aux sales conséquences
Des coups fourrés que j’ai pu faire et qui ont été sur ma vie sans sinistre incidence
Pourquoi ? La question que je me pose à chaque instant
Certains dans les saints écrits ont trouvé des réponses à leurs questions
Ils sont contents et s’en contentent quand moi je m’interroge tout autant
Que cherches-tu au juste, fils d’homme, me demande ma conscience 
Le paradis ? La paix ? La perfection impossible dans cette réalité ?
Idéaliste donc irréaliste je suis toujours sur de nouvelles pistes
Telle en quête d’inspiration et d'idées originales l’est toujours l’artiste
Ne pas être ne paix semble être pour moi une fatalité
Enfin seul l’avenir me le dira cela est évident  
Me fera comprendre ce en quoi j’ai vraiment foi
Et me fera savoir si je suis un hypocrite ou un homme de bonne foi

Le moine cybérien



Les temps de la fin




Guerres et bruits de guerres, maladies et épidémies
Conséquences d’un monde trop longtemps soumis à l’infamie
On me dit que le diable en rit et que ses minions sourient
Rien de drôle, mais à chacun son rôle
Ils jubilent chaque fois que la cata, l’humain la frôle
Peut-on être surpris ? Oui si l’on croit aux contes de fée
Car les décomptes des faits montrent que le temps nous est compté
Tout nous a été conté mais on aime se la raconter
De bon sens avons-nous jamais été dotés ?
Bush et Trump présidents, hum, drôles de signes des temps
Plus précis que la position des aiguilles sur une montre
Monstrueux présage, mais l’humain ne connait ni le remord ni la honte
L’espoir en l’humain je l’ai perdu depuis si longtemps
Alors je me rémémore des beaux instants que j’ai vécus
Des sinistres épreuves que par la foi en l’amour j’ai vaincues
J’aurais aimé faire mieux mais ce qui est fait est fait
Comme il faut se méfier quand certains parlent de sûreté et de paix
Ce monde est trop imparfait pour être un jour un havre de paix
Les raisons ? Chacun croit malheureusement les connaître
Moi je pense que l’humain est le plus singulier des êtres
Mi-ange et mi-démon, il alterne entre la folie et la raison
Pas de demi-mesure quand la raison dans son esprit rend démission
Son comportement change comme le cours des saisons
Où le cycle de Amon-Ra dans le ciel au cours d’une journée
Je vois la fin venir alors je vous offre la tournée
Mes pensés sont sur papier donc pas la peine de m’épier
Je suis aussi transparent que face au soleil une feuille de papier
Mes prières ? Que chacun reçoive l’amour de la vérité
Que les humains s’aiment même si je ne me fais plus d’illusion
Dans mes textes beaucoup d’allusions, des alluvions menant à une simple conclusion
Le soleil se couche sur un cycle de plusieurs milliers d’années
Etres aimés, êtres damnés à chacun de croire ce qu’il peut
Car la vie nous éloigne souvent de ce que l’on veut
Peut-être est-ce les derniers instants que je vis
Car chaque seconde peut rimer pour nos esprits avec tragédie
Je veux que l’on retienne de moi que j’ai toujours prôné l’amour
Et que j’aime comme au premier jour ceux qui envers moi ont toujours eu des actes et des paroles d’amour
Le Seigneur de tout ce qui est bon vous comble de bienfaits
Et vous apporte ce que tant recherchent, un esprit, un cœur et une âme en paix

Le moine cybérien 









vendredi 11 mai 2018

Rongé par le doute





Rongé par le doute je l'ai tellement été et je le suis encore
Sans doute le serais-je jusqu'à ma mort
Et pourtant parfois j'ai pris des décisions que je pensais définitives
Mais il faut croire que mon âme pour tant de choses est particulièrement craintive
Il y a des choses que je ressens au fond de moi
Et ça impacte indiscutablement ce en quoi je crois
Je crois en un Créateur Tout Puissant au dessus de tout ce que l'on peut concevoir
Mais croire est-ce suffisant et ce même si je n'ai pas besoin de le voir
Beaucoup m'ont dit comment l'adorer
Pourquoi ai-je toujours autant de mal à me laisser aller
Est-ce parce que j'ai vu tellement de serviteurs de la bête
Tellement d'imposteurs, de séducteurs et de faux prophètes
Alors on se demande où est la vérité dans ce monde illusoire 
D'autres ont besoin de croire pour voir et sont trompés parfois par ce qu'ils croient percevoir
Je crois en l'amour, en la bonté et en l'humilité
Je crois que chacun a besoin d'aimer et d'être aimé
Même si sans doute chacun a sa manière de concevoir ce concept
J'aurais aimé comme certains avoir des certitudes et voir les choses de manière claire et nette
On me dit qu'il faut avoir la foi d'une manière bien précise
Ceci est difficile pour un être comme moi à l'âme indécise
Me menacer de brûler en enfer n'est pas non plus la solution
Car entre l'émotion et la raison je choisis très souvent la raison 
Certains me disent de me soumettre, de lâcher prise 
Mais vient alors en moi la hantise de céder à une étrangère emprise 
A quand chez moi une sainte révolution pour une saine évolution ? 
Sans doute le Créateur a la réponse et sans doute essaie-t-il de chacun nous parler
Et certains sont sourds comme moi car nous ne savons pas écouter
J'ai besoin de croire qu'Il nous parle par notre conscience
Les gens me disent que je suis un homme de bien et pourtant de cela je n'ai pas conscience
Je me sens si sale, si seul et parfois tellement perdu
Et à la portée de monstres aussi féroces que ceux du « monde perdu »
M'enfin je me dis que tant qu'il y a de la vie y a de l'espoir
Et qu'il faut garder espoir tant que nous ne sommes pas plongés dans le noir

Le moine « cybérien »